Les forêts recouvrent 30.7% de la surface de la planète, assurent la sécurité alimentaire et fournissent des abris, et sont essentielles pour lutter contre le changement climatique et protéger la biodiversité. En protégeant les forêts, nous pourrons également renforcer la gestion des ressources naturelles et accroître la productivité des terres.
Vie terrestre

Le tracé ViaRhôna pensé pour protéger la faune et la flore

Finalité développement durable : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

Les enjeux environnementaux présents sur le tracé seront pris en compte avec des techniques de réalisation et un phasage des travaux adaptés. Une notice a été rédigée et mentionne les mesures mises en œuvre pour contribuer à protéger les espaces naturels et évaluer au mieux les enjeux. Le tracé évite les sites en Natura 2000 avec la volonté d’avoir le moins d’incidence sur la flore et la faune et leurs espèces protégées (pulsatile rouge, castor, chauve-souris, etc.) : coupe d’arbres en dehors de la période de nidification, préservation des milieux et habitats d’intérêt communautaire (ripisylve, forêt, pelouses sèches…), corridors écologiques (passages de la faune), etc.

Enfin, Annemasse Agglo déposera les dossiers relatifs aux différentes procédures environnementales : loi sur l’eau, étude au cas par cas ou étude d’impact notamment et suivra les prescriptions législatives sur l’ensemble de ces questions.

ViaRhôna s’inscrit dans une action durable

Finalité développement durable : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

Le projet de ViaRhôna s’inscrit dans l’objectif de développement des déplacements cyclables et piétons sur l’agglomération présenté dans le Plan de Déplacement Urbain. Un projet inscrit de facto dans une démarche environnementale. La préservation de la nature a en effet été un facteur important dans le choix du tracé. C’est pourquoi les élus ont décidé de préserver le site des îles, classé biotope, à Etrembières en le contournant, de même que la zone humide de Lissoud située sur les bords du Foron à Saint-Cergues.

Par ailleurs, en 2019, un diagnostic faune/flore sur les secteurs naturels traversés afin d’obtenir des préconisations d’aménagement avait été lancé. Et les recommandations des associations environnementales ont été suivies pour que les aménagements n’impactent pas les milieux naturels. A titre d’exemple, sur la première voie verte (voieVerte du Grand Genève), ces recommandations ont porté sur l’extinction de l’éclairage passé une certaine heure, les espèces d’arbres à planter, des mesures pour le traitement et la non dissémination de la renouée (plante invasive).

Le Collège de Saint-Cergues se fondra dans la nature

Finalité développement durable : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

Une étude environnementale en amont a guidé le choix du site d’implantation pour le collège de Saint-Cergues. Des enjeux ont ainsi pu être identifiés et des préconisations intégrées au projet. Deux corridors principaux ont été repérés dont un présentant un intérêt fort pour la petite et grande faune. L’étude a donc préconisé de proposer une emprise et de préserver une zone tampon permettant d’éviter au maximum l’empiètement sur ces zones. La création d’habitats relais (nichoirs, hôtels à insectes…) ou d’une haie sur plusieurs strates par exemple, peuvent également étoffer le rôle de corridor dans la bande tampon.

Pour réduire l’impact du projet, l’étude a également préconisé la plantation d’espèces de plantes locales dans l’ensemble des aménagements paysagers du site.

Au niveau de la construction, conseil a été donné de réfléchir à un éclairage du site n’impactant pas les espècesutilisant le corridor situé au Nord (type de matériel, de lumières, extinction nocturne…). Autre préconisation ; penser les bâtiments et leurs annexes avec la volonté d’éviter les collisions accidentelles (Ex: limitation des baies vitrées de grandes surface et/ou pose d’aménagements anticollisions ; autocollants, rainurage du verre…). Parmi les autres petits aménagements pour réduire les impacts du projet, citons la pose de nichoirs, de gîtes à lézards degîtes à chiroptères dans les bâtiments (dans les murs ou acrotères) pour compenser la démolition du bâtiment Maison des jeunes de la commune qui leur servait d’abri.

70 points d’analyse
pédologique et floristique