Traitement des eaux : l’azote a la rescousse
14 millions pour protéger l’environnement. C’est le coût du nouveau bâtiment qui rend, depuis l’été 2021, le traitement des eaux par l’azote possible sur l’usine de dépollution des eaux usées d’Annemasse Agglo, Ocybèle, à Gaillard. Il permettra de préserver davantage l’environnement, via des eaux toujours plus propres.
Préserver la nature, nos ressources et les espaces agricoles

Traitement des eaux : l’azote a la rescousse

14 millions pour protéger l’environnement. C’est le coût du nouveau bâtiment qui rend, depuis l’été 2021, le traitement des eaux par l’azote possible sur l’usine de dépollution des eaux usées d’Annemasse Agglo, Ocybèle, à Gaillard. Il permettra de préserver davantage l’environnement, via des eaux toujours plus propres.
Traitement des eaux : l’azote a la rescousse

En 2021, l’usine de dépollution des eaux d’Annemasse Agglo, Ocybèle à Gaillard, est entrée en pleine réhabilitation et extension. Ceci afin d’optimiser le traitement des eaux usées et ainsi préserver l’environnement. Mis en route depuis le mois d’avril, c’est courant juin que le traitement de l’azote est devenu une réalité. Inauguré le jeudi 15 juillet en présence des partenaires du projet, dont l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse représentée par son directeur Laurent Roy, ce bâtiment de 1300 m2, est sorti de terre après une phase de travaux qui avait débuté fin 2018. Destiné à rendre les eaux rejetées dans l’Ave plus propres, il a été pensé et conçu pour s’intégrer au mieux à son environnement direct. Les couleurs des matériaux ont été travaillées pour être les plus naturelles possibles – le bois du bardage ne sera par exemple pas traité pour prendre rapidement la couleur des troncs des arbres environnants. Le tout afin de limiter au maximum l’impact sur le paysage.

Traitement des eaux : l’azote a la rescousse

L’azote est un des composants principaux du vivant et des écosystèmes. On le retrouve notamment dans les déjections et les engrais. La règlementation impose à Annemasse Agglo de ne pas rejeter plus de 7 mg/l d’ammoniac dans son eau traitée. Bien que les débits et les concentrations de polluants en entrée de l’UDEP varient fortement et malgré des aléas inhérents à la mise en fonctionnement d’un process aussi complexe, les premiers résultats sont très satisfaisants et montrent que les seuils règlementaires imposés à Annemasse Agglo sont respectés.

Pour preuve les performances du traitement de l’azote :

  • Une concentration moyenne en NH4 en entrée de 50mg/l
  • Une concentration en sortie inférieure à 7mg/l (règlementation) et souvent inférieure à 1mg/l du fait de la performance du traitement.
Traitement des eaux : l’azote a la rescousse

Dans les projets à venir : la mise à niveau de la filière des boues, la valorisation du biogaz et le renouvellement des équipements existants sur l’UDEP, qui date de la fin des années 1990 dans sa configuration actuelle. Le projet prévoit aussi l’amélioration de l’efficience thermique et environnementale de l’usine avec notamment la mise en place d’équipements permettant la récupération de calories dans les eaux traitées par le biais d’une pompe à chaleur afin de chauffer les bâtiments et les digesteurs. Une récupération de la chaleur fatale* sera aussi mise en place.

*La chaleur fatale étant l’énergie thermique indirectement produite par le processus, et qui n’est ni récupérée, ni valorisée, par exemple la chaleur utilisée quand on a recours à des compresseurs d’air.

Services de
l'agglo impliqués

  • Eau et assainissement

CHIFFRES CLÉS

14 M€ de travaux
pour le traitement de l’azote
4 millions
et une avance de 485 000 € de l’Agence de l’Eau