Favoriser l'épanouissement de chacun

Et si la clé du bien-être résidait dans la qualité de vie offerte sur son lieu de travail, le choix de s’investir dans son quartier ou la participation citoyenne ? Et si notre épanouissement dépendait, aussi, d’un meilleur équilibre entre les hommes et les femmes, d’une plus grande liberté de déplacement et d’un meilleur rapport à l’alimentation via l’agriculture urbaine ?

La qualité de vie au travail, c’est possible

Dans un contexte de progression de la satisfaction des agents travaillant en collectivité, beaucoup reste à faire en termes de bien-être. Considérant la prévention comme vecteur essentiel d’amélioration, Annemasse Agglo a donc initié une Démarche d’évaluation des risques professionnels via la mise à jour des documents à disposition, un travail collaboratif pour identifier, corriger ou limiter les risques.
7 sessions de formation
pour la manipulation des extincteurs

Bien vivre dans son quartier : à vous de jouer !

Ils sont quatre périmètres, quartiers prioritaires ou territoires de veille active, à être concernés par la Politique de la Ville. Quatre Conseils citoyens d’Ambilly, Annemasse, Gaillard et Ville-la-Grand se sont mobilisés et une nouvelle démarche a été lancée avec : Les 6 cartes à jouer dans votre quartier.
4 conseils citoyens
sur l'agglomération

Changer l’image des quartiers via une micro-ferme urbaine

Permettre à un quartier de se valoriser et de sortir enfin du prisme des inégalités sociales au travers duquel on le perçoit, c’est l’un des objectifs de l’opération d’agriculture urbaine, initiée au Quartier du Perrier. Une ferme dans une zone prioritaire ; c’est un joli symbole.
97 665 € financés par l’ANRU

Château Rouge, l’habitat durable

Le quartier prioritaire Perrier - Livron - Château-Rouge a vu sa mutation se poursuivre en 2019 avec la signature de la convention de renouvellement urbain le 29 juin. Le projet d’EcoQuartier Château Rouge sera mené au cœur des opérations engagées dans le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU).
78 millions d’euros
sur 6 ans pour le renouvellement urbain

Faits
marquants

Renforcer la cohésion sociale en travaillant une terre partagée

Et si on développait la cohésion en plongeant ses doigts dans la terre ? En créant spontanément des jardins partagés et en s’épanouissant dans des lieux dédiés favorisant le vivre ensemble sur le Quartier du Perrier.

Le développement de l’agriculture urbaine est en effet un véritable moyen d’action pour renforcer la mixité fonctionnelle et la cohésion sociale grâce à l’installation d’une activité économique sur le Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville et aux actions sociales qui naissent de cette dynamique. Depuis le premier programme de renouvellement urbain, des actions de cohésion sociale ponctuelles ont été portées par des associations locales et la Ville d’Annemasse autour de l’activité de jardinage avec des habitants du quartiers, en réutilisant par exemple des éléments issus des démolitions de logements sociaux qui ont eu lieu sur le QPV dans le Programme de Renouvellement Urbain.

Le projet d’agriculture urbaine permet le renforcement de la cohésion sociale et de la participation des habitants avec une ouverture partielle de l’activité aux habitants, celle-ci permettant une sensibilisation aux écogestes, à la pratique écologique du jardinage et à la réalité de la production alimentaire.

3 700 m² de surface agricole utilisable

Poursuivre la mobilisation pour lutter contre les violences conjugales

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

Grâce au Grenelle des violences conjugales qui vise à sensibiliser les jeunes et les professionnels (santé, police, justice, éducation), ce sujet de société, longtemps perçu comme d’ordre privé, est à présent considéré comme existant dans l’espace public. On prend davantage en compte les répercutions familiales produites sur les enfants.

Ainsi, l’intervenante sociale, juriste de formation et mise à disposition du commissariat par Annemasse Agglo, accueille les victimes, les oriente, les informe et leur permet de se confier car elle n’est perçue ni comme fonctionnaire de police, ni comme assistance sociale. Véritable passerelle en interne avec les enquêteurs, elle fait également le lien à l’extérieur avec les services sociaux et la sphère médicale et associative comme Espace Femmes. Véritable facilitatrice et coordinatrice, elle permet aux dossiers des victimes d’être traités de façon bien plus optimale.

Son avis compte ; en 2019, dans le cadre du Grenelle, elle a été sollicitée pour participer à nombre de réunions et de colloques. Avec la Direction de la cohésion sociale d’Annemasse, l’intervenante sociale a fait remonter l’aspect protéiforme des dossiers et le besoin urgent d’une coordination.

Soutenir les associations engagées pour la lutte égalité hommes femmes

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

Malgré la législation et ses principes de respect des droits humains proclamant l’égalité entre les femmes et les hommes, les inégalités ont la dent dure. Fortement engagée pour les combattre, Annemasse Agglo verse des subventions auprès d’associations œuvrant en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, et prônant la tolérance. De manière concrète, en 2019, les actions suivantes ont été menées :

  • Une convention à hauteur de 26.000 € avec Espace Femmes, qui accompagne les femmes victimes de violences.
  • Une subvention de 5.000 € à La Cause des Femmes, qui milite et travaille pour l’égalité hommes et femmes.
  • Une subvention de 33.000 € au dispositif L’Appart 74 qui accompagne les publics prostitués ou en risque de prostitution.
  • Une subvention de 4.000 € à la Fédération des Œuvres Laïques 74 qui pilote les Semaines d’Education contre les Discriminations et le Racisme.
  • Une subvention de 13.000 € à l’AVIJ des Savoie, association d’aide aux victimes qui doit traiter une proportion de situations de discrimination et/ou de violences faites aux femmes.

Par ailleurs, les services d’Annemasse Agglo apportent également conseil et soutien à travers la Maison de Justice et du Droit et également via le Point d’Accès au Droit, qui mobilisent deux agents, ou encore le poste d’intervenant social en commissariat, qui constate des situations de violences faites aux femmes et des discriminations.

Enfin, des actions pédagogiques et éducatives encourageant l’égalité sont prévues dans les établissements scolaires et au centre de loisirs de La Bergue, labellisé Citoyenneté Environnement et Développement Durable par la Ligue de l’Enseignement.

Repenser le transport et le réseau pour plus de bien-être

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

2019, on le sait, a été l’aboutissement d’un cycle d’investissements considérables pour les transports. Parallèlement, un énorme travail de communication à l’intention des usagers s’est fait dans une optique de recherche d’adhésion mais aussi de pédagogie pour éviter les accidents du quotidien.

Lors de la mise en service du tram et du Pôle multimodal les 14 et 15 décembre, on a noté une très forte adhésion du public qui s’est illustrée par une fréquentation record dans les semaines qui ont suivi. Il faut dire que la mise en service était très attendue et les aménagements progressifs durant toute l’année ; engazonnement en avril, plantations, transformation d’une rue très dégradée, trottoirs élargis ont progressivement amené à la réappropriation de l’espace public par les citoyens. La rue de Genève qui traverse Gaillard, Ambilly et Annemasse s’est métamorphosée sous les yeux des passants.

Même investissement vis à vis du public pour l’accès à la gare devenu pôle d’échange multimodal proposant une offre inédite de mobilité pour les piétons et vélos, le flux voiture, sensiblement réduit, passant désormais sur un autre axe ; c’est ainsi tout un quartier qui est requalifié. Il se fait de surcroît le lien entre la gare et le centre-ville, ce dernier se trouvant du même coup… étendu.

Une mobilité alternative qui doit progresser en faveur des femmes

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

On le sait ; les femmes utilisent plus les transports urbains que les hommes. En France, elles représentent plus de 55% des utilisateurs des transports en commun.
Avec la mise en service du tramway et du Léman Express en 2019, on peut donc se réjouir pour nos concitoyennes même si beaucoup reste à faire.

Les transports en commun sont-ils à la hauteur de leurs besoins ? Certes faciliter les déplacements et les imaginer autrement sur le territoire est une priorité pour Annemasse Agglo qui propose aujourd’hui un système de transports multimodal mais face à la complexité des programmes d’activité des femmes, beaucoup reste faire.

Devant non seulement participer à l’activité productive, mais également s’occuper des tâches domestiques, des enfants, des personnes âgées et des malades, les femmes ont fréquemment besoin de se déplacer en dehors des heures de pointe et vers des destinations autres que celles des hommes, par exemple, pour les courses, l’accompagnement des enfants à l’école, ou pour visiter les centres de santé… Le temps perdu dans les déplacements est donc beaucoup plus pénalisant pour elles. Par ailleurs, les femmes sont partout très peu présentes dans les métiers du transport, plutôt considérés comme des métiers d’hommes.

Tester le nouveau tramway, c’est l’adopter

Finalité : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Passer par le jeu pour accompagner le changement, c’est l’option qu’a choisie Annemasse Agglo les 14 et 15 décembre 2019, via un week-end de festivités célébrant la mise en service du tram et du Léman Express. Baptisé A VOUS DE JOUER, l’évènement annonçait la couleur. Aux citoyens de s’emparer des infrastructures pensées et conçues pour eux. L’occasion de sensibiliser chacun sur une autre façon de se déplacer était trop belle.

Gageons que tester en avant-première cette nouvelle ligne de tram, s’émerveiller des animations de la troupe Bonjour L’Hiver ou du mur d’image présents à bord des rames a su marquer les esprits.

Et parce qu’Annemasse Agglo est fortement engagée dans une démarche de développement durable, ce sont une centaine de fleurs naturelles luminescentes nourries via un sérum biodégradable qui ont illuminé le parvis de la gare, dévoilé en partie pour l’occasion.

Des chantiers oui, mais à faible nuisance et économes en énergie !

Finalité : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Dans le cadre du projet de cession du foncier du site de l’ancien commissariat, Annemasse Agglo a intégré de nombreuses contraintes environnementales. Dont la garantie de conduire un chantier à faible nuisance auprès des ouvriers et des riverains sur la base d’une charte de Chantiers à faibles nuisances. En bref, un chantier propre limitant les bruits, les pollutions visuelles, celles de l’air, des sols, et la circulation de véhicules et encombrements.

Autre enjeu pour satisfaire aux exigences énergétiques ; la valorisation des apports solaires passifs (dont la récupération sera déterminée par l’orientation du bâtiment avec des logements bi-orientés ou traversants) et la récupération de la chaleur fatale des logements sur air extrait et eaux grises.

Enfin, l’éclairage naturel sera recherché dans tous les espaces et l’éclairage artificiel optimisé. L’ensemble de ces mesures permettra de respecter à minima le niveau RT2012-20% défini dans le programme.

Un rapport nouveau à l’alimentation grâce à l’agriculture urbaine

Finalité : dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables

En lien avec les trois piliers du Contrat de Ville du territoire de l’agglomération annemassienne, l’opération d’agriculture urbaine, initiée au Quartier du Perrier, a pour objectif de développer l’accès à une alimentation en circuit court. En 2019, les études de faisabilité ont débuté pour cette opération qui vise également à renforcer le caractère végétal du quartier mais aussi à participer à son changement d’image.

Cette opération clé du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain d’Annemasse Agglo a été initiée par le Conseil Citoyen du quartier et s’intègrera dans certains espaces verts libres. Elle vise à renforcer les actions en matière de cohésion sociale via des activités pédagogiques liées au jardinage. Une structure économique pérenne et innovante renforcera l’attractivité économique du quartier grâce à un circuit de distribution sur le quartier ou à proximité immédiate. La distribution en circuit court permettra de sensibiliser les habitants du quartier aux questions alimentaires au plus proche de leur espace vécu du quotidien.

Un lieu totem sera ouvert à tous et proposera des ateliers pédagogiques et de médiations afin de sensibiliser les habitants à l’impact de l’alimentation sur la santé. La question du cycle de production de l’alimentation, de la pousse à la consommation sera un des points clés des ateliers pédagogiques afin de développer de nouvelles pratiques alimentaires dans un quartier fortement marqué par des problématiques de santé liées en partie aux modes et sources d’alimentation. Ce projet s’intégrant pleinement dans la question de l’impact de l’alimentation sur la santé soulevée dans le cadre du Contrat de ville, une enquête qualitative pourra également être réalisée, avant le lancement opérationnel du projet auprès des habitants du Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville et après la mise en exploitation, afin de mesurer l’impact des actions de sensibilisation sur l’alimentation des habitants.

60 m² de culture sous serre

Egalité hommes femmes : que de chemin à parcourir

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

Parmi les victimes qui viennent consulter l’intervenante sociale au commissariat, il y a une surreprésentation des femmes. Et le chiffre augmente, notamment parce que les messages véhiculés par la société libèrent leur parole. La lutte contre les violences sexistes envers les femmes est une des thématiques de la lutte contre les discriminations. Et si le profil psychologique de l’agresseur est très difficile à déterminer, on sait en revanche que c’est la relation de domination qui constitue la base des violences conjugales.

Il faut aussi parler des violences économiques ; une personne privée de moyen de paiement et qui doit quémander pour faire des courses est une victime.

Par ailleurs, il apparaît essentiel de travailler, dès l’école, sur la représentation hommes-femmes. Car on le sait, c’est au sein de l’institution scolaire que tout commence. Dans les manuels d’école qui nous présentent le père la plupart du temps dans des métiers dits masculins, et la mère dans l’accomplissement des tâches quotidiennes comme le ménage ou la cuisine, ces inégalités sont construites dès le plus jeune âge. Ces représentations sont ensuite intériorisées par les filles et les garçons le restant de leur scolarité et débouchent dans la sphère de l’emploi sur les mêmes représentations sociales. On tend fort heureusement davantage à éduquer les enfants à une vie de mixité et d’égalité dans le but de diversifier un maximum l’orientation.

Une ville redessinée dans le cadre des nouveaux modes de déplacement

Finalité : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Au-delà de la facilité de déplacement qu’elle procure, la mise en service du tramway, le 15 décembre 2019, a aussi donné la possibilité aux usagers de voir leur ville autrement.  En effet, la collectivité a totalement repensé l’ensemble des espaces situés aux abords du tram. La réhabilitation complète des secteurs traversés a offert des trottoirs optimisés, des arbres plantés, des espaces publics créés, du gazon posé, des pavés remplaçant le béton.

Si la nature se fait une place en ville, la gare d’Annemasse est elle aussi métamorphosée ; un nouveau quai pour accueillir le Léman Express et un nouveau bâtiment voyageur pour accueillir les milliers de voyageurs supplémentaires, un parking silo pour permettre à tous de se garer à proximité ont été réalisés, etc. Quant aux espaces publics, ils ont été repensés de part et d’autre de la gare : un parvis pour assurer la sécurité des voyageurs et créer une zone agréable devant la gare, des espaces publics pour créer un nouveau parc urbain en lien direct avec la gare, des zones de dépose-minute, de nouveaux arrêts de bus, des consignes vélo et un service de location longue et moyenne durée de vélos (classiques, pliants ou à assistance électrique), est proposé, ainsi que de réparation et marquage des vélos.

Autant de réalisations qui faciliteront, demain, la multimodalité. Dans cette perspective, 5 véhicules d’autopartage sont mis à disposition, (4 stations sont déployées sur le territoire) ainsi que 2 consignes vélo. De plus, les bus, les parkings relais P+R, la voie verte du Grand Genève, ainsi que les parcs de stationnement public de la ville offrent la possibilité aux habitants et visiteurs d’avoir accès à une alternative efficace à la voiture.

100 places de consigne vélo

Les citoyens associés au projet de Règlement Local de Publicité Intercommunal

Finalité : cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations

Le Règlement Local de Publicité Intercommunal et des enseignes à l’échelle intercommunale représentant un élément essentiel pour la qualité de nos paysages, de nos entrées de villes, mais aussi pour la visibilité des commerces et le bon fonctionnement de notre territoire, la phase de consultation a été couplée avec la phase d’étude.

Habitants, associations, commerçants, professionnels de l’affichage ont pu s’exprimer dans le cadre de la présentation du projet de règlement lors de réunions avec les différents acteurs du territoire. Commerçants et afficheurs ont été sensibilisés à la nécessité d’une mise en cohérence en termes d’implantation des dispositifs publicitaires visibles depuis la voie publique mais aussi des enseignes et des préenseignes.

Enseignes : inscription apposée sur un bâtiment ou scellées au sol et relative à une activité qui s’y exerce.

Préenseignes : inscription indiquant la proximité d’un bâtiment où s’exerce une activité. Ex. : Boucherie dans 50 mètres.

La participation citoyenne au cœur de l’action d’Annemasse Agglo

Finalité : cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations

Annemasse Agglo a plus que jamais à cœur d’être à l’écoute des besoins des habitants. La définition du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU), en collaboration avec la Ville d’Annemasse, a été menée toute l’année de manière participative, au moyen d’ateliers de concertation et de participation citoyenne qui ont réuni 175 personnes. 66% d’entre elles répondaient pour la première fois à de telles sollicitations. Diverses thématiques ont été abordées : déplacements, espaces publics, espaces pour les enfants, etc.

Par ailleurs, le conseil citoyen du Perrier-Livron-Château Rouge a été très actif en tant que garant de la maîtrise d’usage sur le quartier. De nombreuses actions sont directement issues des outils participatifs mis en place par la Ville d’Annemasse, avec l’implication active des habitants dans la création du tiers-lieu culturel La Bulle, la mise en place des Permis de jardiner, la création de zones 30 et d’une ligne de bus supplémentaire sur le Perrier, etc.

Enfin, la plateforme numérique Dites-nous tout créée pour la révision du Schéma de Cohérence Territoriale est une première pour l’Agglomération, qui souhaitait renforcer ses outils de participation afin de prendre en compte les avis de ses concitoyens dans l’élaboration des projets du territoire ; économie locale, transports en commun, espaces verts en ville, espaces de rencontres et ville durable… tous ces enjeux sont au cœur des débats.

Photo : atelier de concertation dans le cadre du projet de La Bulle

175 participants aux ateliers de concertation

Un projet ambitieux pour les 700 élèves à Vétraz-Monthoux

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

Pour répondre à la croissance démographique – Le Département de la Haute-Savoie accueille chaque année 12000 nouveaux habitants – et remédier au niveau de saturation des établissements, un nouvel établissement s’érigera à Vétraz-Monthoux dans le cadre d’un partenariat entre le Département de Haute-Savoie, la commune de Vétraz-Monthoux et Annemasse Agglo.

En juillet 2019, le Département a donné son feu vert pour l’emplacement le secteur des Petits Prés / Prés du Nant. A la réalisation du collège s’ajouteront les équipements annexes ; logements de fonctions, locaux techniques, équipements sportifs associés et aménagements associés : arrêts de car, dépose-minute, espaces publics, parking mutualisé de 70 places.

Un anneau sportif de 8500 m2 et un gymnase de 3000 m2 qui permettra en outre d’accueillir en journée les collégiens pour leur pratique sportive, et en soirée les clubs de l’agglomération, sont également prévus. Ajoutons encore que ce collège propose un patrimoine immobilier intégrant les meilleures normes environnementales et répondant aux objectifs pédagogiques du 21ème siècle.

Enfin, pour permettre aux habitants d’appréhender le projet, le scénario envisagé par les collectivités partenaires a été présenté à la population invitée à s’exprimer durant une période de concertation ouverte du 7 octobre au 8 novembre inclus.

7 000 m² bâtis pour le futur collège
de Vétraz-Monthoux

Les femmes ont leur place sur les chantiers à Annemasse Agglo

Finalité : épanouissement de tous les êtres humains

Les premières visites de chantier de la nouvelle gare d’Annemasse en mai 2019 ont été l’occasion de découvrir les coulisses et les équipements grâce à la présence de techniciens. Découverte de la Maison de la Mobilité et du Tourisme, du parvis sud piétonnier, du parking en silo de 500 places, du nouveau bâtiment voyageurs et du passage souterrain traversant étaient au programme.

Derrière ce projet d’envergure, les visiteurs ont-ils réalisé la féminisation de plus en plus grande des équipes de suivi des chantiers et de maîtrise d’œuvre ? Sans doute pas, tant il est vrai que les femmes ne représentent que 12% des effectifs dans les travaux publics. Les idées reçues sur les métiers du BTP ont donc la vie dure ; trop physiques, inconciliables avec la vie de famille, etc. Bâtir au féminin serait-il alors un pari impossible ? Certes non car le secteur du BTP voit la féminisation progresser, même si cela se fait lentement.

Et pourtant… Concernant les grands projets du tramway, les chefs de projets sont en majeure partie de femmes, tout comme pour la ZAC Etoile Annemasse, pilotée elle aussi par des mains féminines. Ces dernières, la réalisation des grands chantiers sur Annemasse Agglo l’ont prouvé, ont autant leur place que les hommes sur les chantiers. D’autant plus qu’aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, les chantiers se sont mécanisés. Par ailleurs, les femmes sont souvent beaucoup plus vigilantes en matière de sécurité et très à l’écoute.