Développement durable une agglo engagée

Eau propre et assainissement

Une eau propre et accessible pour tous est un élément essentiel du monde dans lequel nous voulons vivre. Il y a assez d’eau sur la planète pour réaliser ce rêve. Mais du fait d’économies déficientes ou de mauvaises infrastructures, chaque année des millions de personnes, des enfants pour la plupart, meurent de maladies liées à l’insuffisance de leur approvisionnement en eau et à un manque d’installations sanitaires et d’hygiène.
Eau propre et assainissement

Un plan d’action pour optimiser notre approvisionnement en eau

Finalité : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

Sur 7 millions de mètres cubes d’eau produits sur Annemasse agglo, on comptabilise 1,3 million de m3 de pertes en eau. A l’origine de cette déperdition, les fuites constituent les volumes principaux, elles sont dues principalement à des ruptures de canalisations.

Même si avec un rendement de 82%, Annemasse Agglo est un bon élève au niveau national, on sait qu’à l’horizon de 15 ou 20 ans, par la conjonction de l’augmentation de la population, du changement climatique et du vieillissement des canalisations, la satisfaction des besoins en eau sera une question des plus sensibles. Il est nécessaire d’agir aujourd’hui pour anticiper les défis de demain.

Deux projets d’envergure ont été menés en 2019 : une feuille de route pour la maîtrise des pertes en eau potable et la mise en place d’un diagnostic permanent sur les réseaux d’assainissement via un système de mesure déployé sur les points névralgiques, ceci afin de mieux appréhender leur fonctionnement en continu. Plus d’une cinquantaine d’actions vont être conduites dans le cadre de la feuille de route, des actions portées par une volonté forte des élus d’améliorer les indicateurs de la collectivité.

Un système de mesure a été déployé sur les points névralgiques des réseaux d’assainissement pour mieux appréhender le fonctionnement en continu. On a donc investi dans l’équipement de points de mesure, modifié parfois l’hydraulique de certains ouvrages pour améliorer les conditions de mesure et l’exploitation ultérieure des capteurs.

D’autres actions phares se sont déroulées en 2019, notamment la réduction des consommations énergétiques qui constitue également un enjeu important des années à venir. Pour avancer dans cette voie, il est nécessaire d’agir en priorité sur les gros consommateurs d’énergie que sont les pompes et autres appareillages électriques importants. La validation du programme d’action et de la clé de répartition du plan de gestion du Salève avec de nombreuses collectivités était également essentielle pour assurer la protection de la ressource en eau de notre territoire. Par ailleurs, l’enfouissement d’une conduite d’adduction AEP par la traversée de la Menoge a visé à sécuriser l’alimentation en eau potable et à supprimer un ouvrage impactant la divagation du cours d’eau.

2,7 M€ d'investissement sur 2 ans
pour optimiser l'approvisionnement en eau

Tous ensemble engagés contre les micropolluants

Finalité : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

Si une réflexion est à mener sur l’adaptation aux changements climatiques (avec une pluviométrie qui semble diminuer), la lutte contre les micropolluants (métaux lourds, hydrocarbures, résidus médicamenteux, pesticides, etc.) est une autre des priorités d’Annemasse Agglo.

Elle passe par une action couplée avec l’agence de l’eau (opération collective ARVE PURE). Cette problématique provient aussi bien de pratiques des habitants que de certaines activités économiques.

Premier axe d’intervention, la réduction à la source ; on se rend chez l’usager ou l’industriel pour inciter à la réduction des émissions de ses produits toxiques. Parallèlement à cette action, 2019 a vu la validation des élus d’Annemasse-Agglo pour la mise en place prochaine d’un traitement micropolluant avec la Suisse.

A partir de 2022, les eaux usées traitées d’Annemasse Agglo seront envoyées de l’autre côté de la frontière, dans la station d’épuration Suisse de Villette pour terminer la dépollution dans une unité spécifique dévolue à l’élimination de ces micropolluants avant d’être rejetées dans l’Arve.

Sauvegarder et protéger durablement les ressources en eau potable

Finalité : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

Cap stratégique pour s’accorder sur l’avenir du territoire, la révision du SCoT pose, au-delà des préoccupations environnementales, la question de la ressource territoriale en eau. Celle-ci doit être placée au cœur du projet d’aménagement en intégrant une réflexion qui dépasse les limites administratives de l’agglomération.

Inscrit au rang des mesures du SCoT, préserver durablement les ressources en eau potable passe par la protection des périmètres de protection des captages et la nécessité de justifier de l’adéquation entre le projet de développement et la disponibilité de la ressource en eau potable.

Assurer une gestion des eaux pluviales performante et intégrée constitue le second axe. Les PLU vont mettre en place les dispositifs visant à assurer une imperméabilisation minimale des sols et incitant à la récupération des eaux pluviales. Il s’agira également de maintenir durablement les éléments végétaux permettant de maîtriser le ruissellement des eaux pluviales et de retenir les sols.

Etendre l’assainissement collectif pour protéger la ressource en eau

Finalité : préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources

2019 a été marquée par la volonté des élus d’étendre l’assainissement collectif servant à limiter l’impact des rejets d’eaux usées sur l’environnement et à prévenir des risques sanitaires, et d’améliorer le traitement des effluents.

Un objectif qui s’est concrétisé par le démarrage des chantiers d’extension EU (réseaux d’eaux usées) – Secteur de la Fin des Geys à Lucinges. Une première antenne d’assainissement a été établie chemin du Moulin, et raccordée au réseau existant. La seconde est partie des réseaux existants chemin des Écureuils et est remontée jusqu’au secteur du Feu, permettant le raccordement des habitations riveraines aux nouveaux réseaux. Ce dernier a été prolongé jusqu’au réservoir du Feu, puis aux Gey jusqu’à la route du Céron.

Par ailleurs, afin de sécuriser l’alimentation en eau potable et supprimer un ouvrage impactant la divagation du cours d’eau, Annemasse Agglo a procédé à l’enfouissement d’une conduite d’adduction AEP (Adduction Eau Potable) par la traversée de la Menoge, un chantier d’un montant de 550 000 € HT.

Enfin, 2019 a vu la validation du programme d’action et de la clé de répartition du plan de gestion du Salève avec de nombreuses collectivités. Un plan essentiel pour assurer la protection de la ressource en eau de notre territoire.