Développement durable une agglo engagée

Villes et communautés durables

Les villes sont des plaques tournantes pour les idées, le commerce, la culture, la science, de la productivité, le développement social et bien plus encore. Considérées sous leur meilleur jour, les villes ont permis à leurs habitants de progresser sur les plans social et économique.
Villes et communautés durables

Le nœud routier d’Etrembières se desserre

Finalité développement durable : dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables

On l’appelle aussi le carrefour de l’Europe. Le nœud d’Étrembières, qui semble n’avoir jamais si bien porté son nom qu’en 2020, est massivement fréquenté tant par les automobilistes du territoire que par les touristes. Annemasse Agglomération, l’ATMB et le Département ont donc conduit une étude à la recherche de solutions destinées à mieux connecter l’autoroute sans transiter par le centre. Et améliorer la fluidité du réseau routier principal.

Suite à l’analyse de plusieurs options de raccordement, les partenaires ont décidé de retenir une solution avec trois opérations. A l’horizon 2025, l’amélioration des carrefours de rue de l’industrie, notamment les entrées/sorties de l’autoroute A 411. Pour 2030, on vise la création d’un nouveau demi-échangeur entre le boulevard de l’Europe et l’A 40 avec un nouveau pont sur l’Arve, la création d’un carrefour dénivelé en trémie entre le boulevard de l’Europe et la route de Bonneville et à plus long terme, si l’élargissement de l’autoroute devenait nécessaire, la création d’un giratoire au niveau du pont d’Etrembières pour assurer tous les mouvements avec l’avenue de l’Europe serait envisagée.

Un nouveau jalonnement routier en phase avec le changement

Finalité développement durable : dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables

La phase opérationnelle et la mise en œuvre du nouveau jalonnement routier, engagé depuis 2016 dans le cadre du travail de refonte de la hiérarchisation du réseau de voirie et de son nouveau plan de circulation, n’a été effective que début 2020. Recensement des carrefours impactés et des nouveaux éléments à jalonner, itinéraires pour les grandes liaisons et les liaisons communales validés conjointement avec les communes, etc. ont permis d’aboutir au projet. Rappelons que ce dernier a dû s’inscrire dans un contexte de nombreuses études d’infrastructures ;prolongement du tramway de puis Genève, réseau ferré CEVA et Léman Express, pôle d’échanges multimodal, Ligne BHNS, nouveau plan de circulation, etc.

La révision du Schéma Directeur de jalonnement avait concerné en premier lieu l’adaptation de la signalisation de jalonnement existante pour les pôles communaux. Cette étude avait pour périmètre la partie urbaine de l’agglomération et comprenant 6 communes : Annemasse, Gaillard, Etrembières, Ambilly, Ville-La- rand et Vétraz-Monthoux. Une répartition par secteur avait été définie avec les communes selon les gestionnaires. Annemasse-Agglomération a financé et piloté à 100% l’étude pour l’ensemble des secteurs 2 à 11des communes urbaines, mais également, a financé la fourniture et la pose des panneaux sur les secteurs impactés par la modification du plan de circulation lié au projet du TRAM.

156 nouveaux panneaux concernés

Les transports entre exigence de sécurité et volonté de rassurer

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

L’affluence suscitée par le nouveau réseau urbain n’aura pas duré longtemps. Face aux deux confinements dus à la crise sanitaire, puis à la désaffectation d’une partie des usagers malgré la gratuité, Annemasse Agglo a dû rassurer. Tout en devant affronter une perte financière. Si l’année 2019 s’est achevée sur la refonte du réseau de transport, aujourd’hui articulée avec le Léman et le tram, 2020 a tout d’abord donné lieu à des ajustements dans le cadre de la phase d’exploitation. Peu de modifications en vérité mais des courses ajustées face à des demandes d’horaires supplémentaires, notamment pour le personnel de l’hôpital. Pourtant, l’année était plutôt bien partie. Car début 2020 a coïncidé avec la mise en place de la nouvelle billettique. Les problèmes techniques résolus, l’accent a été mis sur la communication pour faciliter la mise en place auprès des usagers et notamment du tarif social et solidaire. Un vrai succès qui a montré qu’Annemasse Agglo avait su répondre ici à un vrai besoin.

L’application numérique a offert la possibilité aux transfrontaliers d’acheter leur tickets SMS Léman Pass et dès la fin du premier confinement, les ventes ont amorcé une progression fulgurante. Presque 9000 tickets ont été vendus en 2020. Mais les mois de janvier et février ont été perturbés par des grèves sur le Léman express. Puis la crise sanitaire est intervenue en mars 2020. Il a alors fallu mettre en place la gratuité lors du premier confinement, s’ajuster face à la nouvelle baisse de fréquentation lors du deuxième confinement (- 30 %). Et surtout, la communication a été réadaptée, notamment pour rassurer les usagers. D’autant que plusieurs décrets ont été publiés afin de préciser les mesures de protection devant être mises en place et un Protocole national de sortie du confinement dédié au secteur des transports a été publié.

Investir pour le logement social

Finalité développement durable : cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations

Les agents investis pour faciliter l’accès au logement sur son territoire, la rénovation énergétique des bâtiments et proposer des solutions aux habitants pour améliorer leur confort le savent mieux que personne ; le territoire de l’agglomération d’Annemasse est connu pour être tendu au niveau du logement. Avec une démographie qui explose et un territoire qui n’est pas extensible, trouver une habitation n’est pas simple à Annemasse, et c’est coûteux. Pour permettre au plus grand nombre d’habiter sur le territoire et de pouvoir y rester, 290 logements sociaux ont été agréés en 2020. Les promoteurs sont en effet contraints de prévoir une part de logement social et les communes s’investissent pour prévoir du foncier permettant la construction de logements sociaux. Parmi les logements agréés en 2020, 40 rentrent dans le cadre du projet de reconstruction des deux barres qui seront détruites, quartier Perrier Livron Château Rouge, soit 141 familles à reloger.

La population actrice de son relogement

Finalité développement durable : cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations

Parmi les habitants des barres, quartier Perrier Livron Château Rouge, destinées à disparaître, 26 familles ont déjà déménagé. Des logements construits il y a moins de 5 ans et dans une circonférence de 5 km de leur ancien logement leur ont été proposés. Ceci afin de conserver un réseau de solidarité et de liaison avec la population. En tout, trois propositions leur ont été faites pour des logements plus lumineux et plus spacieux. Mais les choses ne sont pas si simples. Pour nombre d’entre eux, accepter de quitter un logement est un long processus. Certains ont l’habitude d’une cuisine fermée, ce que ne proposent pas, ou peu, les nouvelles constructions. D’autres craignent de quitter leurs habitudes ou bien, amoindris par un handicap ou par l’âge, ils imaginent mal leur vie ailleurs. Ainsi, les bailleurs propriétaires et les équipes d’animation du quartier sont allés régulièrement à leur rencontre afin de les accompagner.

L’objectif également, c’est d’améliorer la mixité de ces quartiers. Un comité technique se réunit donc tous les mois pour travailler sur le dossier.

La mue de la gare et de son quartier se poursuit

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

L’arrivée du Léman Express – RER transfrontalier reliant la Haute-Savoie et Genève a été une formidable occasion de repenser le développement de la gare d’Annemasse et de son quartier. Après avoir accueilli les premiers voyageurs du Léman express en décembre 2019, la gare a poursuivi sa transformation en 2020. Destinés à faire de la gare, un véritable pôle d’échange multimodal, les aménagements entrepris permettent une offre inédite de mobilité pour tous les usagers et notamment les piétons et les cyclistes. Ils se sont poursuivis pour assurer la sécurité des voyageurs et créer un espace public agréable devant la gare. Côté Sud, en complément du parvis ouvert fin 2019, une gare routière, une voie taxis, une dépose minute et la voie BHNS ont été mises en service au cours de l’été 2020. Très attendue, notamment par les habitants d’Ambilly et Ville-la-Grand, l’ouverture du Parvis Nord de la gare en septembre permet aujourd’hui un accès direct aux trains et aux équipements pour tous les habitants situés au nord des voies.

9 quais de Bus
créés

Une carte stratégique pour permettre à nos jeunes de mieux respirer

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Les actions d’urbanisme font évoluer la ville et la dessine. Elles ont aussi une influence directe sur la dispersion des polluants, et plus indirecte sur leurs émissions. Des leviers d’action existent comme la limitation d’émission à la source, les mesures d’évitement par la localisation des bâtiments, la conception de formes urbaines et de bâtiments adaptées à cette problématique. Mieux encore, l’intégration de la qualité de l’air dans les documents de planification urbaine (SCOT, PLU, PLH…) et dans les opérations d’aménagements (localisation, mesure d’adaptation des bâtiments, recommandations en matière de construction et gestion des bâtiments) permet une démarche cohérente et transversale.

La Carte Stratégique Air constitue un outil commun transverse d’aide à l’identification des zones à enjeux en termes de qualité de l’air. Sur la base de ce diagnostic cartographié, il est possible d’envisager les projets d’aménagement à travers une démarche qui intègre les enjeux de qualité de l’air. Sur le choix du lieu d’implantation : en éloignant le projet des zones exposées à la pollution. Sur la morphologie urbaine : en adaptant l’architecture du bâtiment pour favoriser la dispersion des polluants et limiter son impact sur la pollution environnante. Sur l’aménagement intérieur du bâtiment : en conciliant performance énergétique du bâtiment et qualité de l’air intérieur et en garantissant une installation de ventilation et de renouvellement d’air efficace.

Un nouvel air aux collèges de Vétraz-Monthoux et de Saint-Cergues

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Exemple concret de la prise en compte de la qualité de l’air dans des opérations d’aménagement : les collèges de Vétraz-Monthoux et de Saint-Cergues. Sur la base d’une analyse de la situation reposant sur la carte stratégique air, ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a en effet fourni un avis concernant les options de configuration présentées. Les préconisations ont alors porté sur plusieurs postes :

En phase conception : localisation des pièces de vie des élèves et de l’infirmerie du côté le moins exposé aux nuisances, positionnement des espaces extérieurs (cour, parvis) éloignés des sources de pollution, positionnement des ouvertures et prises d’air à poser sur les façades les moins exposées à la pollution, système de filtration efficace…

En phase construction : recommandations sur les matériaux adaptés

En phase post construction : mise en place un protocole de suivi régulier de l’entretien et du remplacement des filtres de ventilation, sensibilisation des gestionnaires et de l’équipe pédagogique, prévision d’un temps d’inoccupation des espaces rénovés, , avec d’importantes phases d’aération,

La liste est longue, et nécessaire pour limiter efficacement l’exposition des élèves, et préserver la santé de ce public vulnérable.

La rue de la Rotonde ouvre la ville sur la gare

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Le nouvel axe de la rue de la Rotonde a été achevé en août 2020. Cette voirie permet de connecter la rue de la Fraternité à Ambilly et la partie Nord du Pôle d’Echanges Multimodal de la gare d’Annemasse. Annemasse Agglo a réceptionné la voirie auprès de Bouygues Immobilier, aménageur de la ZAC Etoile, et des conventions de gestion ont ensuite été mises en place avec les communes d’Ambilly et Ville-la-Grand qui en assureront la gestion. Pour les habitants, cet aménagement est essentiel car il rend la gare (et son nouveau parvis avec des jeux pour enfants et adolescents mis en place dans le cadre du pôle d’échanges) accessibles depuis le nord des voies ferrées et le futur écoquartier (Ambilly, Ville-la-Grand) qui accueillera notamment le nouveau pôle de formations supérieures avec la reconstruction de l’Institut de formation aux soins infirmiers et la création de nouveaux locaux Grand Forma. La voirie fait la part belle aux modes de déplacements alternatifs à la voiture puisque seuls les bus, piétons et vélos (voie Verte) sont autorisés à y circuler.

Le développement durable au cahier des charges de l’IFSI

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Après avoir stabilisé les données du projet nécessaires à sa conception, les orientations de conception de ce projet ont pu être confirmées. Les élus d’Annemasse Agglo ont ainsi fait le choix d’assumer les surcoûts d’une structure bois (pour environ 1 Million d’euros supplémentaires), dans le sens de l’exemplarité donnée par les bâtiments qui voient le jour au sein de l’écoquartier Etoile Annemasse-Genève. Un projet ambitieux en termes de développement durable, et qui intègre également, comme prévu pour de nombreux bâtiments du quartier, des panneaux photovoltaïques afin d’atteindre l’objectif de faire de la ZAC Etoile un quartier à énergie zéro. L’enveloppe financière a été stabilisée pour les deux maîtres d’ouvrage en restant dans l’épure du programme initial en matière de surface utile, et en préservant le profil élancé du bâtiment présenté au stade du concours.

Une seconde vie pour la maison Michel Butor

Finalité développement durable : épanouissement de tous les êtres humains

Riche d’un fonds de 740 livres d’artistes issus de la bibliothèque de l’écrivain, la maison de Michel Butor datant de la fin 19e et acquise par l’auteur en 1989 à Lucinges, méritait une réhabilitation digne de ce nom. Une rénovation simple et minimale car il s’agissait de respecter et conserver l’esprit du lieu. Que l’on a dédié à la création.

Lire le dossier complet

Urbaniser tout en préservant la qualité de l’air, c’est possible

Finalité développement durable : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère

Si on note des progrès notables en matière de lutte contre la pollution, Annemasse Agglo occupait, en 2018, le 3ème rang régional des agglomérations les plus exposées au dioxyde d’azote au regard de l’Indice Pollution-Population. Intégrer la préservation de la qualité de l’air aux projets d’urbanisation est donc, plus que jamais, capital.

Lire le dossier complet

Le cœur de ville s’apaise et s’assainit

Finalité développement durable : dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables

Et de trois ! Après Jean-Monnet à Annemasse (avenue de l’Europe) et le parking relais des Chasseurs à Cranves-Sales, le projet du troisième P+R de l’agglomération d’Annemasse qui se situera à Machilly est lancé. Mais ce n’est pas tout…

Lire le dossier complet